Henri Jacquier. Sa vie, son oeuvre

Biographie

 
Né le 25 septembre 1900 à Grenoble et décédé le 19 avril 1980 à Cluj-Napoca, Henri Jacquier a été essayiste, esthète, linguiste, traducteur, originaire de France et établi en Roumanie. Il est le fils d’une modeste famille d’un fonctionnaire de banque. Il va à une petite école à Voiron, et il continue ses études dans un collège de Grenoble où il obtient son baccalauréat en lettres en 1916 et une année plus tard son baccalauréat en sciences et philosophie.
Il a fait des études de lettres à Lyon et à Paris ayant une double mémoire de licence constituée par les travaux intitulés Mémoires et Sur la philosophie de Jean de Meung – 2eme partie du Roman de la Rose. Entre 1921 et 1923 il fait paraitre l’Aventure, une revue littéraire réalisée avec l’aide de quelques sympathisants du surréalisme dans laquelle il publie surtout des poèmes de Jean Coteau.
Faisant parti de la mission française en Roumanie, il commence à enseigner au lycée Mihai Eminescu de Satu-Mare en 1923, et après au lycée George Barițiu de Cluj entre 1924 et 1931.
Il va travailler dans le cadre de la Faculté des lettres à Cluj ou il manifeste du dévouement face à son travail. La preuve est les tas de générations de professeurs de français qu’il génère.
Il fait des traductions de la littérature roumaine classique et il obtient l’accord du Georges Duhamel pour être traduit en roumain. En 1947, il soutien sa thèse de doctorat intitulée Recherches sur les mécanismes de l’emprunt linguistique : adaptations, détours et rates du système phonétique roumain au contact du système français en obtenant magna cum laude. Il est collaborateur littéraire pour des revues comme Almanahul literar, Cercetări de lingvistică, Familia, Bulletin linguistique, Națiunea română, Revista Cercului Literar, Secolul 20, Steaua, Zorile, Tribuna, Viața românească.
Sa préoccupation pour les sciences réelles et se trouve en égale mesure pour les sciences humaines mais avec le temps il dirige son attention vers les derniers. Son intérêt manifesté en égale mesure pour les sciences exactes explique sa préférence pour la poésie pure dans le domaine de la littérature. Il se distingue par ses études sur Bergson, Valery Rabeais, Voltaire et Hugo qui enrichissent la culture roumaine.
Jusqu’à sa mort, le professeur Henri Jacquier continue sa participation active dans la vie intellectuelle de Cluj, ayant un rôle déterminante dans le mouvement littéraire de Roumanie.
 
Il travaille aussi dans le cadre du Séminaire Pédagogique Universitaire de Cluj occupant une place de Maitre de Conférences suppléant. Dans la période qui suit, de manière surprenante il fera son début en mathématiques en non pas en lettres comme la plupart s’y attendait. A l’intention de ses trois élèves, Petre Spacu, Angelo Ionescu et Ion Agarbiceanu, il va collaborer dans la revue de mathématiques de l’école avec Introduction au calcul Tensoriel et Le Calcul Tensoriel et la Relativité.
L’intérêt accordé aux sciences exactes se remarque aussi dans la préférence manifestée pour la poésie pure et ses études sur la versification et la métrique. [1] Une fois encadré à la Faculté des Lettres, Henri Jacquier commence à publier dans România literară, ensuite dans Gând Românesc et aussi dans Revue de Transylvanie. Il s’intéressera aussi à la traduction du roumain classique mais les évènements politiques vont interrompre ses préoccupations. La période où l’université a son centre à Sibiu décrit un des meilleurs chapitres de la vie du monsieur Jacquier. Sa participation active dans le Centre Littéraire est décrite par Ion Niculiță de la suivante manière :
‹‹ Participa la întruniri ascultând atent și vorbind puțin, dar fremătând în scaun cu mâinile împreunate, nervos dar exemplar de stăpânit la lectură, aprobând, încurajând din privire, rostind câte un da, desigur, bineînțeles. ››[2]
Dans ses études, Henri Jacquier s’est dédié surtout aux problèmes de langue, esthétique et histoire littéraire en apportant des valeureuses contributions au domaine de la linguistique, de la stylistique, de la littérature comparée et de la théorie littéraire. Il a publié des essais sur Rabelais, Voltaire, Hugo, Baudelaire, Valery, Cervantes, Tolstoi et aussi Eminescu, I.L.Caragiale, L. Blaga, Arghezi, Vianu, V. Bogrea et Bezdechi.
La participation active du monsieur Jacquier dans le domaine culturel et littéraire et les études qu’il laisse le transforme dans une personnalité d’une grande valeur.
 
Bibliographie :
Sources : Jacquier, Henri, Babel, mit viu, Cluj-Napoca, Editura Dacia, 1991.
 
 
 
  1. Jacquier, Henri, Babel, mit viu, Cluj-Napoca, Editura Dacia, 1991, pg.8
  2. Ibidem, Il participait à des réunions en écoutant attentivement et parlant très peu mais tremblant dans sa chaise avec les mains croisés, nerveux mais absorbé par la lecture, approuvant, encourageant par le regard en exprimant parfois un ‹‹ oui, bien sûr, tout à fait ›› (n.t)
Scroll to top