Rosetti à Jacquier :

2 janvier 1948

Cher Monsieur Jacquier,

La multi ani, pour commencer, et vive la république (enfin!)

J’ai bien reçu vos bonnes lignes du 17 décembre. Merci. Et merci de nous promettre une contribution nourrie pour les t.14 et 15.

Après les luttes séculaires..,j’espère que nous pourrons fonder ici l’institut de linguistique, et le doter, avec le temps. Puissions-nous le léguer riche et complet, à nos successeurs !

J’ai vu ici _. Avons causé de vous naturellement. Je lui ai donné l’idée de vous « appeler » à la chaise de philologie romane qui est vacante. Il faut le faire. Ainsi, dès son retour ici, le je pousserais dans cette voie, qui vous convient, n’est-ce pas ?

Mille chose a vous dire à ma prochaine occasion !

Bonne année, veuillez bien présenter mes hommages à madame.

Votre bien amicalement dévoué.

 


 

Rosetti à Jacquier :

15 mars 1948

Cher Monsieur Jacquier,

Je n’ai pas répondu a vos bonnes lignes. Rebeyral était absent, et je devais lui causer là-dessus ! Entre temps, les choses se sont gâtées, dans le sens que a direction de l’Institut s’est éloignée de nous.. D’autre part nous sommes en délicatesse avec Roques. Toujours pour des raisons politiques. L’institut de Boutière n’a plus reçu de subvention depuis des mois.. Il faut que tout cela s’arrange ; un jour viendra. Pour le moment nous sommes en l’expectative.

Vous pouvez m’envoyez, maintenant, vos (pl!) contributions (avec s!) au BL, XV et XVI. Car j’espère mettre sous presse ces volumes dans le courant du mois d’avril.

Votre bien amicalement dévoué.


ROSETTI_JACQUIER_10.05.1948_1-1-1 001

Rosetti à Jacquier :

14 mai 1948

Cher Monsieur Jacquier,

La moitié de la matière pour les t.15 et 16 du BL est chez l’imprimeur, en composition.
Veuillez m’envoyer sans retard vos articles. Je compte sur une riche foison !

Votre bien amicalement dévoué.

n.b :Dans «  les parties du discours » de Böndal, lire bien intéressant. Voyez-vous Seidel ?


Rosetti à Jacquier :

28 juillet 1948

Cher Monsieur,

J’ai bien reçu vos bonnes lignes du 9 courant.

La question des nouveaux contrats ne semble pas actuelle. J’en ai parlé à notre ministère, mais je n’ai pas reçu de réponse claire et satisfaisante.
Quel dommage que nous ayons tous manqué le Congrès de Paris, occasion unique de trouver réunis tous les gens qui nous intéressent. C’est un des plus abominables méfaits des impérialistes !
J’attends avec beaucoup d’intérêt votre article ? Je vais faire mettre en pages le t.XV, mais le XVI ne sera mis en page qu’un peu plus tard.

Votre contribution sur le rythme sera la bienvenue. N’avez-vous pas reçu des extraits du BL, XII ? Je vais faire des recherches. Dans tous les cas,vous recevrez 10 exemplaires du volume tout de suite.

Veuillez agréer, cher monsieur l’expression de vos sentiments les meilleurs. Tout à vous.

Nb :Ou passez-vous les vacances ? Je ne pourrai m’absenter que pour peu de jours, de temps en temps. Je vais à Silvia et Campulung.